l'indicateur du renouveau Congolais

14 septembre 2018

TOMBEUR DES FEMMES D'AUTRUI, KAMERHE FRAPPE ENCORE!

 

 

jpb3

La sextape circule dans les réseaux sociaux et fait le Buzz ! Depuis ce vendredi 14 septembre 2018. (Plus de 2.456.876 vues)

Dans cette sextape, comme pour cimenter l’union sacrée de l’opposition, entre l’UNC (Union pour la Nation Congolaise) et le MLC (Mouvement de Libération du Congo) noué à Bruxelles, on y voit Vital KAMERHE candidat à la présidence en plein acte sexuel avec l’épouse d’un autre candidat à la présidence pour les élections de décembre 2018,    invalidé par la cour constitutionnelle, le président du MLC Jean Pierre BEMBA, qui selon la conversation contenue dans la sextape, ne pouvait pas honorer ses devoir conjugaux parce que détenue à la CPI. C’est donc en bon prince que KAMERHE a fait le labeur, c’est charitable mais, pourquoi avoir filmé?

Au même moment, nous apprenons qu’une vidéo similaire impliquant, Felix  TSHISEKEDI, président de l’UPDS  et Eva BAZAYIBA Secrétaire Général du MLC, sera bientôt mise en ligne par la même source. Affaire à suivre…

Carine Ntumba.

FLASH INFO

Posté par flashmalinfo à 17:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 septembre 2018

RDC : DANS LA FIEVRE ELECTORALE, LES JEUX SE DESSINENT…

KKS

ET SI KENGO ETAIT LE DIRECTEUR DE CAMPAGNE DE SHADARY ?

KENGO Wa DONDO, Directeur de campagne du dauphin Emmanuel RAMAZANI SHADARY ! C’est la stratégie électorale des Etats-Majors du Front Commun pour le Congo (FCC), qui se boutique en coulisse.

L’inspiration des stratèges du FCC serait né le vendredi 31 août 2018, lors de la manifestation organisée par les leaders politiques du grand Equateur à Kinshasa, qui avaient tenus à honorer le candidat Président de la République du FCC à la présidentielle du 23 décembre, après sa désignation par le Chef de l’Etat. La présence éminente du natif de Libenge et l’actuel speaker du Sénat avait alors tellement illuminé cette cérémonie grandiose que ce dernier, à l’âge de 83 ans,  se verrait donc confier cette prestigieuse responsabilité et ultime mission politique de faire élire l’invité surprise de cette élection, après avoir attiré sur lui tous les projecteurs de la scène politique congolaise et internationale à la faveur d’une interview choc et désormais  culte sur la très écoutée Radio France Internationale  (RFI).

Lors de cet entretien sur RFI, le Président de la Chambre des Sages s’était présenté comme « le père de Jean Pierre BEMBA », et avait plaidé pour le retour de son frère métisse : Moïse KATUMBI, dont il pourra ramener l’électorat à voter FCC. KENGO est également le parrain de la candidature du sénateur  Jean Filibert MABAYA GIZI AMIN qui, le cas échéant, saura lui apporter sa base du BADUNDU, sans oublier l’effet de levier de la sympathie dont il jouirait dans plusieurs milieux.

KKS2

Les dirigeants du FCC font donc d’une pierre plusieurs coups, en propulsant celui qui avait affirmé « ne pas être obligé de voter SHADARY » et avoir signé la charte du FCC pour « la crédibiliser », aux avant-postes de la campagne électorale. Car, s’il est vrai que Léon KENGO WA DONDO à lui seul, pourra fusionner l’électorat du grand Equateur, laissé orphelin par Jean-Pierre BEMBA comme en 2011, ce dernier étant rattrapé une fois de plus par ses ennuis judiciaires, soit les mêmes circonstances qui avaient emmenés le Boss de la Chambre Haute à pointer à la très honorable quatrième place du classement de l’élection présidentielle de 2011, derrière notamment : 1- l’actuel Président de la République Joseph KABILA, 2- l’opposant historique Etienne TSHISEKEDI (paix à son âme) et 3-l’ancien Président de l’Assemblée Nationale, Vital KAMERHE, il n’en demeure pas moins que de ce fait, c’est un homme qui est placé face à ses contradictions…

De la sorte, étant le plus haut perché politiquement, il serait incompréhensible qu’il ne soit pas l’un des premiers stratèges de la campagne présidentielle et cela additionné à son expérience du terrain de 2011, qui désigne ce grand tribun, ce génie mobilisateur et commandant éprouvé pour ramener la victoire finale au FCC et au bénéfice d’une très probable victoire de l’ancien Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel RAMAZANI SHADARY (coup sur coup) mais également l’associer à la politique de conservation et de pérennisation du pouvoir, lui qui, toujours lors de son entretien sur RFI, en visionnaire éclairé avait sous-entendu que « si RAMAZANI est élu, il n’est pas dit qu’il pourra achever son mandat ».   

Une certaine opinion pense tout de même, qu’au regard de sa grande forme affichée lors du Bal de clôture du dernier congrès sous les chapiteaux du Palais du Peuple, où la deuxième personnalité de l’Etat s’était brillamment illustré en exécutant avec facilité des pas d’une sorte de techno-tango-rumba, avec la Première Dame, Marie Olive LEMBE KABILA, l’autorité morale de l’opposition républicaine ferait parfaitement le job de Directeur de campagne, à condition qu’il se décharge de ses responsabilités au Bureau du Sénat dont le mandat est expiré depuis belle lurette, pour s’installer dans son QG de campagne, dans le large domaine de  PROCROCI, situé en plein GOMBE pour se consacrer exclusivement à son nouveau challenge. 

Dans cette vision, la rentrée parlementaire prévue pour ce 15 septembre 2018 devrait être le théâtre d’une démission logique et factuelle dans la perspective d’une campagne électorale efficace en faveur du FCC et de son candidat.

 

Cornélius NAWEJ SANGI / Correspondant

pour l’Office de Radiodiffusion et télévision

du Mali (ORTM)

Résultat de recherche d'images pour "medias maliens logo"

Posté par flashmalinfo à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2017

RADIO-CANADA : SCANDAL A LA PRIMATURE DE LA RDC !

Nous apprenons ce Mardi 24 janvier 2017, que le tout puissant Ministre Délégué près le Premier Ministre qui vient de s’illustrer par une scabreuse interview accordée à Paris Match, Fidèl TINGOMBAY est pris la main dans le sac. En effet, l’élu de BONGANDANGA est à la tête d’un réseau pornographique. Depuis 2006, il aurait pris avantage de son statut de député national pour convaincre les jeunes filles mineures de sa province, de s’adonner à ces activités illicites en RDC parce que prohibées et interdites par la loi  du Pays de JOSEPH KABILA.

TINGOMBAY, le réalisateur de films XXX, aurait tourné plus de 120 films en 10 ans selon PAPY BOMANGA, un des ses proches qui a pris ses distances depuis longtemps pour les faits évoqués. D’après PAPY BOMANGA « Fidèl TINGOMBAY s’est énormement enrichi par la vente en RDC de véhicules  volés au Canada mais également, en réalisant des long-mètrages porno avec les mineures de BONGANDANGA, qu’il revendait sur le marché du cinéma canadien, étant lui, de nationalité canadienne, il a toutes les facilités d’écouler le produit de son travail de réalisateur pornographe sur le marché canadien et asiatique».

De sources proches du Canadien de BONGANDANGA, l’homme de «  ISO NA ISO »,  Fidèl TINGOMBAY, serait sur le point de continuer son business à partir de la primature sous couvert de la protection du Premier ministre Samy BADIBANGA, bénéficiant ainsi des imunités et des moyens de l’Etat pour mener à bien sa salle besogne. A la primature, il s’est entouré pour se faire d’un ancien agent du    Service National d’intelligence et de Protection (SNIP) : Henri WANYA (frappée d’une sévère et incurable tuberculose), un gouru de la brigade des moeurs qui à ce titre, connait tous les rouages  et les ressources humaines des filières pornographiques et pédophiles de la RDC, passé par OKAPI AIRWAYS, une agence de voyage qu’il a soigneusement enmené à la faillite par un recrutement plétorique de filles dont nous pouvons aisément imaginé la provenance.

Le Directeur de Cabinet du Premier Ministre, Samy BADIBANGA, Monsieur Alexi MONDONGA,     Joint par téléphone, a quant à lui éstimé : « qu’il n’était pas étonné, que cela ressemble bien à TINGOMBAY qu’il trouve pour sa part, envahissant et encombrant ».

 

La Primature, plate forme et plaque tournante de la dépravation des moeurs en RDC !

 

 

Comment aurions nous pu imaginer un seul instant que l’institution de presstige, de noblesse et de notorieté tel que la Primature légué par MATATA PONYO MAPON aurait en si peu de temps, sombré dans la décadence entre les mains inexperimentées et dans la criminalité ?

C’est en effet les conséquences de la cogestion voulue par l’accord du 18 Octobre, la République est désormais prise en otage par des hommes sans probité morale, sans scrupule et sans vergogne.

Les nouveaux locataires de la Primature affichent des profils pour le moins atypiques ; le personnel laissé par MATATA PONYO, qui n’était pas habitué à ce genre de scandal ne sait plus à quels saints se vouer, le Conseiller Principal Politique et Diplomatique du Premier Ministre MATATA hier, et BADIBANGA   aujourd’hui, Monsieur MWAMBA, affirme que «Ce genre de scandal ne ce serait jamais produit à l’époque de MATATA ; c’est incroyable ! Des erreures de casting de cette dimension ne sont pas permises en politique, elles peuvent être fatales !».

Chaque gouvernement ayant sa part d’obscurité (rappelons-nous du Vice Ministre masturbateur des PTNTIC, Enock Sebineza RUBERANGABO), le Gouvernement Samy BADIBANGA 1 n’aura pas tardé à dévoiller son côté obscure avec un Ministre Délégué pornographe. il appartient au Chef de l’Etat de tirer toutes les conséquences tel qu’il avait fait en son temps pour le Vice Ministre des PTNTIC de triste mémoire.

 

 

Dans cette très sale affaire, il faut se poser la question de savoir si le Premier Ministre BADIBANGA est victime ou complice des agissements de son Ministre Délégué Fidèl TINGOMBAY?

Dans tous les cas, il va devoir sévir rapidement pour enrailler sa descente aux enfers… 

 

BRICE- MATHIEU  MERTENS

Posté par flashmalinfo à 16:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 janvier 2017

RDC : Les évêques échouent… SASSOU prend le relais !

 

Le chemin vers un nouveau dialogue se confirme et la destination d’OYO se précise…

En effet, l’accord interdiocésain du 31 Décembre 2016 ne se concrétise toujours pas, la Majorité Présidentielle et le Rassemblement de l’Opposition ne parviennent pas a harmoniser leurs vues sur les « arrangements particuliers » et le Premier Ministre Samy BADIBANGA considère que le point commun entre les deux accords, c’est que les deux stipulent que la Primature revient a l’opposition et ce dernier affirme que les deux accords a ce niveau sont respectés puis qu’il est de l’opposition.

Entre temps la République attend et le calendrier électoral se consume. Les évêques voyant le coup venir de loin par une inspiration divine du saint esprit, cherchent à se débarrasser de ce fardeau de dialogue national et ils auraient déjà trouvé leurs héritier en la personne du Président du Congo Brazzaville, Denis SASSOU NGUESSOU.

 

Vers le troisième dialogue d’OYO  

Le Président du Congo Brazzaville, Denis SASSOU NGUESSOU s’est toujours montré disponible à offrir ses bons offices à la classe politique du Congo de KABILA, les évêques le savent très bien, voila pourquoi ils ont accouru vers lui, lorsqu’ils ont eu vent de la visite surprise de ce dernier à Kinshasa.

C’est au Fleuve Congo hôtel de Kinshasa, capitale de la RDC, que les évêques ont passé le relais au Président SASSOU ce jeudi 19 janvier 2017 aux environs de 15 heures, heure locale. Le chemin d’OYO, le village natal de SASSOU est à présent grand ouvert pour un troisième Dialogue National véritablement inclusif. Ces nouvelles assises devraient se tenir avant l’ouverture de la session du mois de Mars à fin de permettre une déconstipassions du climat politique en RDC.

 

 

      Julien OKAMBA

Posté par flashmalinfo à 10:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 novembre 2016

RDC : L’OMBRE DE KATUMBI PLANE SUR LE PALAIS DU PEUPLE !

BYAZAKATUM

 

Depuis un certain temps, l’activisme politique du SG BYAZA, au mépris du principe de l’apolitisation de l’administration publique, en étonne plus d’un au Palais du Peuple en général, et au Sénat en particulier.

BYAZA, en homme politique accompli, tel un animal politique en quête de notorieté et de popularité,  a fait le show sur la bande défilante de télé50 (la première chaine de télévision privée) toute la nuit du lundi 7 novembre 2016 et toute la journée du 8 novembre 2016, avec de multiples  messages ayant pour objet un « démenti », BYAZA a fait la une de plusieurs journaux de la capitale de la RDC.

 BYAZA SANDA LUTALA a voulu clarifier l’opinion sur le fait qu’il n’aurait jamais rencontré Francis KALOMBO et Salomon IDI DELA à Paris le 22 Octobre 2016. Le SG nie également être l’auteur d’un communiqué portant sa signature et son sceau appelant les agents de l’administration du Sénat à se mobiliser pour le meeting du rassemblement pourtant interdit par l’autorité urbaine.

Cependant, Francis KALOMBO, joint par téléphone, n’a pas souhaité commenter, affirmer ni infirmer la rencontre de Paris. Le bras droit de KATUMBI s’est limité à déclarer que « lorsque l’administration publique est mise à contribution pour les manifestations politiques de la Majorité Présidentielle, il n’ y a rien de scandeleux ! Mais lorsque l’opposition veut user des mêmes méthodes, ça devient l’affaire du siècle ! » voila qui fait plané l’ombre de KATUMBI sur le palais du peuple.

De l’ombre à la lumière

Il aime rappeler à qui veut l’enttendre « Je suis l’homme qui s’assoit derrière KENGO ». Aujourd’hui, l’homme qui s’assoit derière KENGO, vient de passer devant KENGO car, jamais le Président du Sénat n’a fait l’objet de concentration médiatique sur la première chaîne privée qu’est télé50. David BYAZA SANDA LUTALA vient de passer un nouveau pallier dans sa carrière politique ; il vient de passer de l’ombre à la lumière…

Et cela, dans l’indifférence la plus totale du Président du Sénat : Léon KENGO WA DONDO.

Bien au contraire, pour les pros-KABILA (WUMELA), le Président du Sénat envoi en mission officielle le SG BYAZA-SANDA, pour le récompenser de ses prises de positions politiques, qui en réalité servent la cause de l’intérim du Président du Sénat en vertu de l’article 75 de la constitution. Car, pour arriver à la possibilité d’un « REGIME INTERIMAIRE DES SECRETAIRES GENERAUX », il faut d’abord que les conditions constitutionnelles d’un intérim soient remplies.

On peut alors se poser la question : le SG BYAZA roule t-il pour KENGO, KATUMBI, pour les deux ? ou pour lui-même ?

En attendant d’avoir la réponse à cette question, le carton jaune est brandi au Président KABILA par le SG BYAZA, via ses interviews accordées a la RTS (Radio Télévision Suisse) lors de son récent séjour en Suisse le 22 octobre dernier.

Jean-Michel DUMOND

LIBRE BEL

Posté par flashmalinfo à 00:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2016

RDC: LES SANCTIONS AMERICAINES DEVRAIENT COMMENCER PAR LES POLICIERS AUTEURS DE BAVURES ET DE DISCRIMINATIONS SUR LES AFRO AMERI

Les USA s’empressent de sanctionner des généraux congolais pour des raisons aussi floues que troubles. Cependant, les familles afro-américaines qui ont perdu des membres de famille dont les vies ont été    fauchées par la haine de policiers blancs envers des américains qui n’ont commis qu’un seul crime, celui d’être né noirs, réclament toujours des sanctions contre ces policiers blancs.

Lorsqu’il y a procès, ces officiers de police sont acquittés et peuvent continuer de vivre leurs vies comme si rien ne s’était passé. Les afro-américains ne représentent que 10% de la population américaine mais, 80% de la population carcérale est noire !

« Nous tenons pour acquis, que nous naissons tous libres et égaux… » Tel est le préambule de la déclaration universelle des droits de l’homme. La constitution américaine tire son fondement de cette déclaration. Question : les noirs aux Etats-Unis sont-ils les égaux des blancs ? Si la réponse est non, alors une autre question se pose : les dirigeants américains respectent-ils la constitution américaine en appliquant cette discrimination raciale sur la population afro-américaine ?

Maintenant, nous congolais, pensons-nous qu’il est plus grave de ne pas être en mesure d’organiser les élections dans les délais constitutionnels ou de discriminer une population pour sa couleur de peau ? Des gouvernements américain et congolais, lesquels ne respectent pas leur constitution ?

Un dialogue pour résoudre la crise politique entre opposition et majorité en RDC ; à quand le dialogue national entre blancs et noirs aux Etats-Unis pour résoudre la question du racisme ?

Le peuple congolais est un peuple noir. Comment une nation qui n’éprouve que du mépris envers ses populations de couleurs, qui n’accorde aucune valeur à la vie des afro-américains, qui les abat chaque jour comme des lapins, peut-elle prétendre parcourir plus de dix milles kilomètres pour s’impliquer dans la résolution des problèmes internes d’un pays africain (noir) ? (Du reste, en dépit de l’insécurité qui entoure les afro-américains, l’Afrique n’a jamais lancé un appel à ces populations à quitter le sol américain.

De tout ce qui précède, il apparaît clairement que les Etats-Unis n’ont aucune leçon de morale à donner à la RDC, ni à aucune autre nation en matière de respect des droits de l’homme, du respect de la constitution et de la bonne gouvernance.

 

Marcel LESAGE.

Posté par flashmalinfo à 13:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 octobre 2016

RDC: VOICI LES VRAIES RAISON DES SANCTIONS AMERICAINES

 

La RDC fait face à des turbulences causées par les
Etats-Unis depuis quelques temps, pourquoi ?

 

 

Les Etats-Unis annoncent avec pompe et fracas le retrait de son personnel diplomatique non essentiel en RDC et gèle les avoir de deux généraux de l’armé. Pendant ce temps, la Belgique  et la France annoncent ne pas avoir l’intention de rappeler son personnel diplomatique. Mais alors, qu’est ce qui agite l’Oncle Sam ?

 

L’un des principes des relations internationales est que l’amitié entre Etats n’existe pas, seul les intérêts primes et conditionnent les actes que posent les Etats. Alors comment expliquer un tel acharnement sur la RDC et ses Institutions démocratiquement établies ? Les Etats Unis ont pourtant eu tout ce qu’ils voulaient en RDC, TENKEFUGURUME c’est gigantesque concession minière dans le Katanga leurs a été cédé a vile prix et la revente aux chinois a occasionné une plus-value de plus de mille pourcent mais, la tête de Kabila ne plait toujours pas alors, il faut le faire partir comme Compaoré ! Ou plutôt comme Mobutu car, semble-t-il, le président américain Barack Hussein Obama, n’ayant connue que des échecs sur le terrain diplomatique (Syrie, Lybie, Egypte, Rwanda, Ouganda, Burundi etc…) se verrait bien faire du président Kabila, son souffre-douleur comme l’avait fait Bill CLINTON avec Mobutu.

 

Mais voilà, le peuple congolais est plus mature aujourd’hui et le président Kabila n’est pas le maréchal Mobutu alors, il faut chercher à affaiblir, déstabiliser les intuitions démocratiquement établies, a effrayé les populations congolaises etc… Et dans cet objectif, les sanctions contre des généraux congolais  sont une nouvelles stratégie américaine pour affecté la bonne marche d’un pays qui cherche des solutions pacifiques à ses problèmes car, ces officiers qui font l’objet de sanctions américaines sont en réalité a félicité ! New-York, ville américaine de plus ou moins huit millions d’habitants, connait un taux de criminalité nettement supérieur a celui de Kinshasa qui compte pourtant douze millions d’habitants soit presque le double de population de New-York !

 

Et puis, question d’équité, lorsqu’on fait l’objet de sanctions américaines où présentons ses moyens de défense ? La démocratie du plus fort est toujours la meilleur…

Dominique LUBAMBA.

 

 

Posté par flashmalinfo à 14:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 août 2016

Kinshasa dans la fièvre du Dialogue National !

KODJO TSHITSHI

 

Le 23 Aout 2016, jour de gloire pour EDEM KODJO, jour de joie pour le peuple congolais. En effet, le facilitateur désigné par l’Union Africaine et soutenu par la communauté internationale, procède officiellement à l’ouverture des travaux préparatoire du Dialogue tant attendu par les congolais.

C’est dans le cadre majestueux de l’hôtel Béatrice, un hôtel cossu du centre-ville de Kinshasa  que le facilitateur du Dialogue donne le GO, un bémol tout de même : l’absence d’une petite frange de l’opposition congolaise, dont Etienne TSHISEKEDI, ce dernier a habitué le peuple congolais à ses absences répétitif aux grands rendez-vous politique  de la nation.

Qu’à cela ne tienne, le Dialogue se tiendra pour la paix et la stabilité de la République Démocratique du Congo et la région des grands lacs, n’en déplaise à certains, « la démocratie c’est la dictature de la majorité » dit-on et la majorité du peuple congolais veut la paix.

 

Dominique LUBAMBA

Posté par flashmalinfo à 01:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2016

Kinshasa dans la fièvre du Dialogue National !

 

 

Le 23 Aout 2016, jour de gloire pour EDEM KODJO, jour de joie pour le peuple congolais. En effet, le facilitateur désigné par l’Union Africaine et soutenu par la communauté internationale, procède officiellement à l’ouverture des travaux préparatoire du Dialogue tant attendu par les congolais.

C’est dans le cadre majestueux de l’hôtel Béatrice, un hôtel cossu du centre-ville de Kinshasa  que le facilitateur du Dialogue donne le GO, un bémol tout de même : l’absence d’une petite frange de l’opposition congolaise, dont Etienne TSHISEKEDI, ce dernier a habitué le peuple congolais à ses absences répétitif aux grands rendez-vous politique  de la nation.

Qu’à cela ne tienne, le Dialogue se tiendra pour la paix et la stabilité de la République Démocratique du Congo et la région des grands lacs, n’en déplaise à certains, « la démocratie c’est la dictature de la majorité » dit-on et la majorité du peuple congolais veut la paix.

 

Dominique LUBAMBA

Posté par flashmalinfo à 14:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2016

RDC : dialogue ou pas dialogue

CCU2

MENDE EVENTRE LE BOA !

« Ce Monsieur a vendu son parti politique à un ancien gouverneur à cinq millions de dollars ; sa femme a perçu deux millions et son fils, un délinquant qui nettoyait les assiettes en Europe, en a perçu trois », a déclaré Lambert MENDE OMALANGA (LMO) en lingala, pointant ainsi du doigt, Etienne TSHISEKEDI, sa femme Marthe et son fils Félix.

 

Samedi 13 Août 2O16, au Quartier TALANGAY, un quartier surpeuplé de la commune de NSELE dans la capitale, ville de Kinshasa, devant un parterre  rempli de militants de la Convention des Congolais Unis (CCU), le parti politique qui a vu le jour à son initiative, LMO s’exprimant toujours en lingala, en ces termes : « en récusant le facilitateur, il tergiverse pour venir au dialogue alors que c’est lui-même qui l’a sollicité, tout ça parce qu’un homme politique impopulaire lui a donné de l’argent pour qu’il sème la confusion afin d’organiser le désordre et les troubles. Dans ces troubles, ils espèrent prendre le pouvoir ! Mais qu’est ce qui les rassure qu’en cas de trouble, ils vont récupérer le pouvoir ? Non, ils seront eux-mêmes victimes de ces troubles ! »  

L’initiateur de la CCU a aussi réaffirmé que la RDC n’appartenait ni à un parti politique, ni à un homme politique, encore moins à lui-même, mais que la RDC appartient à tous les congolais.

 

 

 

Dominique LUBAMBA

DOMIIQUE LUBAMBA

 

Posté par flashmalinfo à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]